Colruyt Group investit dans de meilleures conditions de travail

Colruyt Group investit dans de meilleures conditions de travail

En 2014 Colruyt a fait contrôler les conditions de travail chez 187 fournisseurs dans les pays à risques. De plus le groupe a accepté 334 audits effectués par d’autres distributeurs, ce qui porte le nombre total de fournisseurs contrôlés à 521.

23 collaborations arrêtées

Après les contrôles, les entreprises auditées se voient soumettre un plan d’amélioration par Colruyt. Elles sont ensuite recontrôlées à une date ultérieure et si les résultats s’avèrent à nouveau mauvais, Colruyt met fin à la collaboration, ce qui a été le cas pour 23 fournisseurs.


Parmi les 372 fabricants non-food contrôlés, plus de 85% ont obtenu un score moyen. Un plan d’amélioration leur a donc été soumis. 13 fournisseurs ont obtenu des résultats insuffisants, d’où l’arrêt immédiat de la collaboration.


Colruyt Group a également fait contrôler 149 entreprises agricoles et entreprises de transformation alimentaire. La plupart d’entre elles avaient de grands,  voire d’énormes progrès à faire ou ont obtenu des résultats insuffisants : « Nous n’avons commencé les contrôles dans le secteur alimentaire qu’en 2013 et dans certains pays les producteurs n’avaient encore jamais entendu parler d’audits sociaux. Il est donc logique que les conditions de travail ne répondent pas d’emblée à nos exigences et que ces producteurs doivent parcourir un processus d’amélioration », explique le responsable des audits, Daniel Bral.


« Nous avons donc choisi de poursuivre notre collaboration avec eux et de miser sur la rectification de leurs conditions de travail. Nous avons donné une seconde chance à la majorité d’entre eux et ils seront à nouveau audités dans trois à six mois », poursuit Bral.


Modification du processus d’audit

La plupart des infractions constatées concernent les heures de travail, les rémunérations, la sécurité et la santé. Afin d’accélérer les améliorations, Colruyt veut renouveler le processus. Ainsi les audits auront lieu tous les deux ans au lieu de tous les trois ans. A l’avenir les producteurs seront également davantage épaulés dans leur processus d’amélioration.


Cette année Colruyt prévoit 270 audits. « A ce rythme, nous aurons audité au moins une fois toutes les entreprise de transformation alimentaire d’ici 2016 et d’ici 2018 tous les producteurs de fruits et légumes. »

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Une boîte vide, remplie d’air

08/12/2017

Le supermarché n’est qu’une poubelle remplie de nullités, voilà ce que nous apprenions cette semaine, parmi d’autres infos FMCG captivantes que saint Nicolas nous a apportées dans sa hotte. Voici votre résumé hebdomadaire mitonné par RetailDetail Food!

Walmart ne veut plus être perçu comme un simple magasin

07/12/2017

Le géant américain de la grande distribution Walmart a décidé de changer son nom légal ‘Wal-Mart Stores’ en 'Walmart' tout court, car à l’ère du e-commerce l'enseigne se veut plus qu’une simple chaîne de magasins physiques.

Les frères Mestdagh se retirent de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh

05/12/2017

Les frères Eric et John Mestdagh ont décidé de se retirer de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh à partir de l’été prochain. Ils resteront néanmoins impliqués dans les stratégies à long terme de l’entreprise.

Ahold fait la leçon à Delhaize : il faut innover plus rapidement

05/12/2017

Delhaize doit innover plus rapidement et c’est au directeur d’Albert Heijn, Wouter Kolk, d’apprendre aux Belges comment s’y prendre, affirme Dick Boer, CEO d’Ahold Delhaize dans une interview surprenante, où il évoque également Amazon et bol.com.

La bière d’AB InBev 3% plus chère à partir de l’an prochain

05/12/2017

A partir du 1er janvier les bières d’AB InBev coûteront en moyenne 3,04% plus cher. Pour le secteur de l’horeca la hausse de prix s’élèvera à 3,12% et pour les magasins à 2,83%. Cette mesure concerne l’ensemble de l’assortiment.

Les accises élevées pèsent sur l’industrie alimentaire belge

05/12/2017

L’an dernier l’industrie alimentaire belge a progressé d’environ 3%. Toutefois cette croissance est entièrement attribuable à l’exportation, car sur le marché intérieur on observe un recul de 1,7%, et ce pour la première fois en dix ans.

Back to top