Forte croissance d’Amazon dans le secteur alimentaire

Forte croissance d’Amazon dans le secteur alimentaire

Forte croissance d’Amazon dans le secteur alimentaire
Shutterstock

Les ventes alimentaires ne représentent toujours qu’une part limitée du e-commerce, mais les chiffres de croissance d’Amazon aux Etats-Unis et en Europe pour l’année 2017 semblent impressionnants.  Le point de basculement est-il en vue ?

One stop shop

En 2017, Amazon a atteint une part de marché de 18% des ventes alimentaires online sur le marché américain.  Cela en fait le leader incontesté du marché, avec une part qui représente le double de la part de Walmart qui se positionne à la deuxième place.  Le chiffre d’affaires a atteint les deux milliards de dollars, ce qui équivaut à une croissance de 59%.  En Europe aussi, la situation évolue rapidement : les ventes online de produits alimentaires ont atteint 150 millions d’euros (+56%) en Grande-Bretagne et 200 millions d’euros en Allemagne (+54%).  C’est ce qu’a calculé l’analyste One Click Retail sur base de chiffres se rapportant uniquement aux ventes propres du retailer (donc sans marché).


L’analyste s’attend à des chiffres de croissance encore plus élevés en 2018 et souligne plusieurs facteurs favorables au retailer.  Le taux de pénétration d’Amazon continue de croître : ce sont principalement les professionnels et les jeunes familles n’ayant que très peu de temps qui apprécient le fait de pouvoir se rendre dans un seul ‘one stop shop’ pour y trouver tout ce dont ils ont besoin, y compris de la nourriture.  Durant la période des fêtes de fin d’année, un nombre record d’acheteurs se sont abonnés à Prime, ce qui leur donne notamment accès au magasin alimentaire Amazon Pantry.  De plus, le service Amazon Fresh est disponible dans de plus en plus de régions aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, mais également en Allemagne, au Japon et bientôt en Australie.

 
Facteur de réussite Whole Foods

Mais l’acquisition de Whole Foods représente le principal moteur de croissance.  Après la reprise, Whole Foods a enregistré une croissance de 25% du nombre de ses visiteurs en magasin.  En ligne aussi, l’impact a été perceptible puisqu’Amazon Fresh a enregistré de solides chiffres de croissance depuis l’annonce de l’accord.  La progression aurait pu être bien plus forte si Amazon avait été en mesure de mieux évaluer la popularité de la marque « 365 Everyday Value » de Whole Foods.  Au cours de la première semaine de la présence de la marque dans le webshop Amazon, 90% des références étaient déjà en rupture de stock.  Aujourd’hui, 365 est la deuxième marque de distributeur la plus vendue d’Amazon, après Amazon Basics.  Selon l’analyste, le partenariat avec Whole Foods est une véritable réussite.  Dans la perception du consommateur, l’achat d’aliments frais et sains via internet fait de plus en plus partie des options possibles.


Pour Amazon, les boissons froides et chaudes sont les catégories alimentaires les plus vendues aux Etats-Unis, suivies des snacks, des produits pour petit-déjeuner et des friandises.  Dans le rayon des produits frais, les produits laitiers se trouvent à la première place, suivis de la viande, des produits surgelés, des fruits et légumes.  Les bananes sont la référence la plus vendue.  A noter : 25% des ventes via Amazon Fresh ont le mot ‘organic’ (biologique) dans leur description.  Dans les webshops européens, les produits phares sont la bière, le vin et l’alcool, avec un taux de croissance de 96% au Royaume-Uni et de 230% en Allemagne, où la catégorie des produits pour bébés enregistre également de très bons résultats.


Si les ventes de produits alimentaires continuent de se déplacer au même rythme vers le online, cela aura des implications majeures pour les fabricants de marques, prévient One Click Retail.  Il semblerait que le point de basculement se rapproche très à grande vitesse.
 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

bpost étoffe son réseau de points d’enlèvement

20/02/2018

(publireportage) Le confort joue un rôle de plus en plus essentiel lors des achats effectués en ligne et le consommateur d'aujourd'hui sait exactement ce qu'il veut : déterminer lui-même où et quand sa commande lui sera livrée. bpost poursuit dès lors l'extension de son réseau de points d’enlèvement.

La Jupiler disparaît des rayons durant quelques mois

20/02/2018

AB InBev lance un coup de pub étonnant : sa marque phare Jupiler disparaîtra des rayons durant quelques mois. Afin de ‘soutenir’ les Diables Rouges lors de la Coupe du Monde (ou pour en tirer profit) la marque s’appellera temporairement ‘Belgium’.

Colruyt participe au service de courses de PostNL

20/02/2018

Aux Pays-Bas le nouveau service Stockon, en collaboration avec PostNL, livrera désormais les courses à domicile toutes les deux semaines. A noter que les marques maison portent le label Boni, la marque propre de la chaîne de supermarchés belge Colruyt.

Chanel entre au capital de l’e-tailer Farfetch

19/02/2018

Chanel a pris une participation minoritaire dans la plateforme de mode online britannique Farfetch. La maison de couture française souhaite utiliser l’expérience de l’e-tailer afin de développer des innovations digitales pour sa propre clientèle.

Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

A l’exemple de la France, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes. Le lait coûtera 1,05 €, afin que les agriculteurs obtiennent une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Back to top