L’Inde, terre promise pour les pommes et les poires belges

L’Inde, terre promise pour les pommes et les poires belges
Shutterstock

Les fruiticulteurs belges s’en vont conquérir l’Inde : pour l’instant ce pays est déjà le principal marché d’exportation hors Europe pour les pommes belges et les poires belges y sont également fortement promues. 

Réponse au boycott russe

Durant le premier semestre de 2017 l’Europe a exporté environ 35.000 tonnes de pommes vers l’Inde, dont un tiers provenait de fruiticulteurs belges. « Il y a quelques années l’exportation vers l’Inde était négligeable. Cette année nous avons déjà atteint le cap magique de 10 millions de kilos de pommes belges », se félicite Gert Van Causenbroeck de l'Office Flamand d'Agro-Marketing (VLAM) dans le journal De Tijd.


Suite à l’embargo russe, les fruiticulteurs belges ont perdu une grande partie de leurs revenus et ont dû se mettre en quête d’autres marchés d’exportation. Très vite l’Inde a été une cible importante : « Le niveau des revenus en Inde augmente et ce grand groupe de consommateurs avec des revenus plus élevés consacrent une part de plus en plus importante de leurs dépenses à l’alimentation fraîche, tels que les fruits », explique Van Causenbroeck. « En outre le retail dans les villes indiennes est de mieux en mieux organisé. »


Egalement d’autres fruits et légumes

Lors de la dernière visite d’Etat du roi Philippe en Inde, une attention particulière a été accordée aux fruits belges et en particulier à la poire Conférence, qui pour l’instant n’a pas encore réellement séduit les consommateurs indiens en raison de son aspect extérieur : « De par sa couleur brunâtre en-dessous, le monde entier pense qu’il s’agit d’un fruit pourri. Il faut donc inciter les gens à goûter votre produit », souligne Van Causenbroeck.


La semaine dernière BelOrta a signé un contrat avec IG International, un importateur indien de fruits et légumes. Grâce à cette collaboration, notre pays exportera non seulement des fruits vers l’Inde, mais également des légumes. Toutefois l’objectif n’est pas de remplacer la Russie par l’Inde : « Nous n’avons d’autre choix que de nous diversifier et d’expédier de plus petits volumes vers davantage de destinations. Ce qui en soi est plus difficile, mais permet d’éviter que nos cultivateurs dépendent de la situation géopolitique d’un seul pays », explique Filip Fontaine, CEO de la criée de fruits et légumes BelOrta.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top