Le Belge ne paie que partiellement la taxe sur le sucre

Le Belge ne paie que partiellement la taxe sur le sucre

La taxe sur les sodas, qui depuis le 1er janvier a augmenté, n’est que partiellement répercutée sur le consommateur par les supermarchés. Delhaize et Colruyt ont augmenté quasi tous les prix des sodas,  Carrefour quasi aucun.

Grandes différences d’après la chaîne de supermarchés

L’augmentation annoncée de la taxe sur le sucre est entrée en vigueur début 2018 : désormais le gouvernement belge prélève des taxes supplémentaires sur les boissons contenant des sucres ajoutés ou des édulcorants (les boissons ‘light’ ou ‘zero’ sont donc également concernées). Ces accises supplémentaires varient de 1 cent pour une cannette de 25 cl à 8 cents pour une bouteille PET de 1,5 litre. L’objectif est que les sodas, les sirops et certaines boissons à base de thé soient plus chers, afin de dissuader les consommateurs de consommer des boissons sucrées.


Début janvier le traqueur de prix Daltix est allé vérifier sur place et a contrôlé les prix des sodas dans les supermarchés belges. Colruyt en premier a répercuté les accises sur les prix à la consommation : le 2 janvier certains prix y avaient déjà été adaptés, le 3 et 4 janvier la majeure partie des autres adaptations de prix ont suivi. Au total, près de 70% de l’assortiment de sodas y a déjà augmenté en prix. A noter toutefois que la plupart des prix des marques maison n’ont pas bougé : moins d’un tiers des sodas Boni et Everyday ont augmenté en prix, ce qui a creusé l’écart de prix avec les marques A. Par contre les bouteilles PET de Coca-Cola Zero et Regular n’ont pas augmenté en prix, ni la marque de tonic Fever-Tree.


Chez Delhaize la majeure partie des prix ont été adaptés le 4 janvier : 81% des sodas y sont désormais plus chers. Là aussi les prix de la marque maison Delhaize sont restés inchangés, bien que la marque meilleur prix 365 ait augmenté en prix.


La lutte concurrentielle prime-t-elle sur la santé ?

Lors des contrôles de Daltix, les prix chez Carrefour et Albert Heijn n’avaient pas encore augmenté. Est-ce un choix réfléchi afin d’attiser la lutte concurrentielle entre les chaînes de supermarchés ? « Il fallait attendre de voir si les retailers répercuteraient cette taxe sur le client ou s’ils diminueraient leur marge. Le fait de répercuter ou non les accises sur le consommateur peut avoir un impact sur la position concurrentielle des retailers », estime Daltix.

 

Probablement ne s’agit-il pas là d’une stratégie délibérée, mais d’un simple retard. De fait, entretemps Albert Heijn est en train de se rattraper et a déjà augmenté le prix de plus de 30% de son assortiment de sodas en Belgique. Carrefour aussi a entamé l’adaptation de ses prix : depuis le 8 janvier près de 7% des sodas y étaient déjà plus chers.