Le secteur alimentaire prend des mesures contre le gaspillage

Le secteur alimentaire prend des mesures contre le gaspillage

Afin d’encourager les supermarchés et les commerçants à collaborer avec des associations caritatives pour faire don de leurs invendus alimentaires à des personnes démunies  et éviter ainsi le gaspillage, le secteur alimentaire publie une brochure avec des directives simples expliquant aux producteurs et aux commerçants comment procéder.

« Le secteur prend ses responsabilités »

« Il existe déjà de nombreuses initiatives locales d’entreprises et de commerçants visant à mettre cette nourriture à la disposition des plus démunis. Une nouvelle étape vient d’être franchie par la publication d’une brochure », déclare Dominique Michel, administrateur délégué de la fédération du commerce Comeos.


« Les supermarchés veulent prendre leurs responsabilités, bien que les supermarchés ne représentent que 2,5 % des excédents », poursuit Dominique Michel. « Ils mettent tout en œuvre pour éviter les excédents, en misant notamment sur une logistique bien étudiée. Lorsque ils  risquent d’être quand même confrontés à des excédents, ils  essayent de les éliminer grâce à des ventes rapides ou ils  effectuent des dons aux Banques alimentaires. Chaque année, celles-ci reçoivent l’équivalent de deux millions de repas. »


Chris Moris, directeur général de Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire, indique lui aussi que les producteurs ne veulent en aucun cas  gaspiller de la nourriture : « Une entreprise va éviter à tout prix d’avoir des invendus parce ceux-ci sont en réalité des pertes. Une récente étude en Flandre réalisée par l’OVAM montre que moins de 1% des produits alimentaires dans l’industrie ne sont pas vendus. Une des destinations privilégiées pour les invendus sont les associations caritatives. »


Simplification administrative

Afin de motiver également les petits commerces alimentaires, les initiateurs du projet ont invité la AFSCA, l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire, et les ministres régionaux de la lutte contre la pauvreté à soutenir l’initiative et à éliminer certains obstacles.


Dès lors  l’AFSCA a promis d’assouplir ses exigences administratives quant à la traçabilité des aliments, sans pour autant menacer la sécurité alimentaire des personnes en situation de pauvreté. Ainsi les entreprises devront uniquement conserver une liste des associations caritatives auxquelles elles offrent des denrées alimentaires  et les organismes sociaux de leur côté devront uniquement  conserver une liste des établissements dont proviennent les produits.


« L’aide alimentaire est un mal nécessaire. Tant que nous ne parviendrons pas à éradiquer la pauvreté de notre monde, il sera nécessaire d’organiser cette forme d’aide aussi dignement que possible. Nous sommes donc favorables à une collaboration optimale avec les associations qui se chargent de la distribution de denrées alimentaires, mais aussi avec les épiceries sociales, les restos du cœur et toute l’économie circulaire, laquelle collaboration permettra aussi de créer des emplois supplémentaires dans l’économie sociale. Par cette brochure, nous lançons un vibrant appel aux grandes surfaces pour qu’elles apportent leur concours à cette initiative », déclare Ingrid Lieten, ministre flamande de la Lutte contre la pauvreté.


Durant les semaines à venir Comeos et Fevia procureront la brochure à leurs membres.  Mais le secteur  veut aller encore plus loin. « Nous irons également frapper à la porte du ministre fédérale des Finances, pour remédier au problème de la TVA. Nous estimons qu’il n’est pas logique que devions  payer de la TVA sur des denrées alimentaires que nous offrons à des organisations caritatives dans notre pays. Si nous envoyions cette même aide alimentaire en Afrique par exemple, nous n’aurions pas à payer cette TVA », explique Dominique Michel.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Il y a pire encore

20/10/2017

Travailler dans le secteur FMCG n’est pas une partie de plaisir. Rares sont ceux qui ont le sourire, la plupart souffrent en silence. La preuve dans la rubrique hebdomadaire ironique de RetailDetail Food, truffée cette fois de conseils  utiles.

Metro : légère croissance en 2016/2017

20/10/2017

Selon un rapport provisoire, le chiffre d’affaires de l’allemand Metro a progressé de 1,6% durant l’exercice comptable  2016/2017. Sur base comparable il est également question d’une croissance, bien que minime. Metro se dit satisfait.

Le mauvais temps affecte les ventes de glace d’Unilever

19/10/2017

Durant le trimestre écoulé le géant anglo-néerlandais des produits de grande consommation Unilever a vu ses ventes de glace chuter de 6,7% en Europe. En cause : la météo défavorable durant l’été.

Danone modifie la structure de son management

19/10/2017

Le géant français des produits laitiers Danone a décidé de modifier la structure de son management. Désormais l’actuel directeur général Emmanuel Faber combinera sa fonction avec celle de président du conseil d’administration.

Troisième trimestre difficile pour Carrefour

18/10/2017

Les résultats trimestriels publiés par Carrefour ce mercredi soir illustrent les grands défis à relever par le nouveau CEO et son équipe, et ce principalement en Europe de l’Ouest. En Belgique aussi le chiffre d’affaires comparable est en recul.

Delhaize lance un potager urbain

18/10/2017

Désormais les clients du Delhaize Boondael à Ixelles pourront acheter des légumes fraîchement récoltés sur le toit du supermarché. Ce potager urbain n’est pas un coup publicitaire, mais s’inscrit dans la stratégie de durabilité de l’enseigne au lion.

Back to top