Le secteur alimentaire prend des mesures contre le gaspillage

Le secteur alimentaire prend des mesures contre le gaspillage

Afin d’encourager les supermarchés et les commerçants à collaborer avec des associations caritatives pour faire don de leurs invendus alimentaires à des personnes démunies  et éviter ainsi le gaspillage, le secteur alimentaire publie une brochure avec des directives simples expliquant aux producteurs et aux commerçants comment procéder.

« Le secteur prend ses responsabilités »

« Il existe déjà de nombreuses initiatives locales d’entreprises et de commerçants visant à mettre cette nourriture à la disposition des plus démunis. Une nouvelle étape vient d’être franchie par la publication d’une brochure », déclare Dominique Michel, administrateur délégué de la fédération du commerce Comeos.


« Les supermarchés veulent prendre leurs responsabilités, bien que les supermarchés ne représentent que 2,5 % des excédents », poursuit Dominique Michel. « Ils mettent tout en œuvre pour éviter les excédents, en misant notamment sur une logistique bien étudiée. Lorsque ils  risquent d’être quand même confrontés à des excédents, ils  essayent de les éliminer grâce à des ventes rapides ou ils  effectuent des dons aux Banques alimentaires. Chaque année, celles-ci reçoivent l’équivalent de deux millions de repas. »


Chris Moris, directeur général de Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire, indique lui aussi que les producteurs ne veulent en aucun cas  gaspiller de la nourriture : « Une entreprise va éviter à tout prix d’avoir des invendus parce ceux-ci sont en réalité des pertes. Une récente étude en Flandre réalisée par l’OVAM montre que moins de 1% des produits alimentaires dans l’industrie ne sont pas vendus. Une des destinations privilégiées pour les invendus sont les associations caritatives. »


Simplification administrative

Afin de motiver également les petits commerces alimentaires, les initiateurs du projet ont invité la AFSCA, l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire, et les ministres régionaux de la lutte contre la pauvreté à soutenir l’initiative et à éliminer certains obstacles.


Dès lors  l’AFSCA a promis d’assouplir ses exigences administratives quant à la traçabilité des aliments, sans pour autant menacer la sécurité alimentaire des personnes en situation de pauvreté. Ainsi les entreprises devront uniquement conserver une liste des associations caritatives auxquelles elles offrent des denrées alimentaires  et les organismes sociaux de leur côté devront uniquement  conserver une liste des établissements dont proviennent les produits.


« L’aide alimentaire est un mal nécessaire. Tant que nous ne parviendrons pas à éradiquer la pauvreté de notre monde, il sera nécessaire d’organiser cette forme d’aide aussi dignement que possible. Nous sommes donc favorables à une collaboration optimale avec les associations qui se chargent de la distribution de denrées alimentaires, mais aussi avec les épiceries sociales, les restos du cœur et toute l’économie circulaire, laquelle collaboration permettra aussi de créer des emplois supplémentaires dans l’économie sociale. Par cette brochure, nous lançons un vibrant appel aux grandes surfaces pour qu’elles apportent leur concours à cette initiative », déclare Ingrid Lieten, ministre flamande de la Lutte contre la pauvreté.


Durant les semaines à venir Comeos et Fevia procureront la brochure à leurs membres.  Mais le secteur  veut aller encore plus loin. « Nous irons également frapper à la porte du ministre fédérale des Finances, pour remédier au problème de la TVA. Nous estimons qu’il n’est pas logique que devions  payer de la TVA sur des denrées alimentaires que nous offrons à des organisations caritatives dans notre pays. Si nous envoyions cette même aide alimentaire en Afrique par exemple, nous n’aurions pas à payer cette TVA », explique Dominique Michel.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Bientôt une taxe sur la viande ?

12/12/2017

D’ici 5 à 10 ans il y aura une taxe sur la viande, afin de diminuer la consommation de viande qui a de lourdes conséquences sur le climat et la santé. C’est du moins ce qu’estiment bon nombre de  chercheurs et de parlementaires du monde entier.

AB InBev ouvre une nouvelle brasserie en Chine

12/12/2017

AB InBev a ouvert une nouvelle brasserie en Chine, qui avec une capacité de production de 1,5 million de tonnes de bière par an est la plus grande brasserie du groupe en Asie. AB InBev espère ainsi tirer profit de l’essor de la classe moyenne en Chine.

Dr. Oetker à la conquête de la boulangerie industrielle belge

11/12/2017

L’allemand Oetker Gruppe, connu notamment pour ses pizzas surgelées Dr. Oetker, a racheté la boulangerie industrielle belge Diversi Foods, grand fournisseur de pain surgelé aux supermarchés belges et néerlandais.

Back to top