Le secteur de la viande en Allemagne instaure 'enfin' un salaire minimum | RetailDetail

Le secteur de la viande en Allemagne instaure 'enfin' un salaire minimum

Le secteur de la viande en Allemagne instaure 'enfin' un salaire minimum

Les quatre plus grandes entreprises du secteur de la viande en Allemagne ont instauré un salaire minimum de 8,50 euros par heure. Cette mesure doit mettre fin à certaines situations inadmissibles dans les abattoirs allemands, ainsi qu’à la concurrence déloyale que subi notamment la Belgique.

Le secteur de la viande lourdement compromis

En juin dernier le secteur de la viande en Allemagne avait été lourdement compromis suite à une émission de la chaîne de télévision allemande ARD. Le reportage dévoilait que de nombreux travailleurs, souvent d’Europe de l’Est, étaient embauchés par des sous-traitants dans des abattoirs allemands, où ils travaillaient jusqu’à 60 heures par semaine pour à peine trois euros par heure et souvent dans des conditions lamentables. Pour rappel l’Allemagne est l’un des pays qui n’applique pas de salaires minimum.


Le reportage avait suscité une vive indignation, notamment en Belgique. Aussi le secteur de la viande belge s’était adressé au ministre de l’Economie Johan Vande Lanotte. Ce dernier avait non seulement porté plainte auprès de la commission européenne, mais s’était même rendu sur place, accompagné de la ministre du Travail, Monica De Coninck, afin de visiter des abattoirs allemands pour se rendre compte de la situation.


« Pas d’alternative »

Après des semaines de négociations entre le secteur de la viande allemand et les syndicats, les quatre plus grandes entreprises du secteur en Allemagne (Vion, Tönnies, Danish Crown et Westfleish) se sont engagées à payer à leurs employés un salaire minimum de 8,50 euros par heure.


« Il n’y avait pas d’alternative », estime le secteur en Allemagne. « C’était la seule façon de faire taire la critique qui dénonce des salaires trop bas et des mauvaises conditions de travail. »  Ce salaire minimum sera valable pour le secteur de la viande allemand dans son ensemble.


Un (petit) pas en avant

Selon le ministre Vande Lanotte, l’introduction d’un salaire minimum est un pas important, comme il le confiait au micro de la VRT : « Ils devront désormais appliquer des règles, des règles qui jusqu’à présent étaient inexistantes. On pouvait y faire ce qu’on voulait, une concurrence loyale était donc impossible. »


L’augmentation des salaires horaires allemands permettra de réduire le handicap salarial du secteur de la viande en Belgique par rapport à l’Allemagne. Toutefois la Febev, la Fédération belge de la viande, déplore que les coûts salariaux en Belgique restent bien trop élevés.

 

« L'Allemagne a définitivement pris le dessus en ce qui concerne le travail manuel à grande échelle dans la transformation de la viande », selon Thierry Smagghe de la Febev. La fédération estime que l’avenir du secteur réside dans les marchés de niche qualitatifs et la sécurité alimentaire. La Febev plaide également pour l’introduction de règles afin de rendre le secteur plus concurrentiel.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.

Greenyard se charge de la logistique des produits frais pour les magasins Carrefour indépendants

19/04/2018

Une collaboration exclusive entre Carrefour Belgium et le fournisseur de produits frais Greenyard a pour but d’élever le niveau de l’offre de produits frais dans les points de vente de plus petite taille.

Delhaize lance un label alimentaire et distribue des fruits gratuits

18/04/2018

Afin de promouvoir un régime alimentaire plus équilibré, Delhaize ambitionne le lancement d’un label affichant clairement la qualité nutritionnelle d’un produit.

Le conflit sur les prix opposant Nestlé à Colruyt, Edeka et Intermarché touche-t-il à sa fin ?

17/04/2018

Colruyt, Edeka et Intermarché semblent se rapprocher d’un accord dans le conflit sur les prix qui les oppose à Nestlé : dans une nouvelle proposition le géant suisse fait des concessions. Entretemps les stocks des retailers commencent à s’épuiser.

Carrefour et E.Leclerc se lancent dans la course aux points de retrait urbains

17/04/2018

La lutte concurrentielle sur le marché du e-commerce français semble avoir entamé une nouvelle phase. Tant Carrefour que E.Leclerc ouvrent des points de retrait destinés aux piétons dans les centres-villes, appelés ‘drives piétons’.