Le shopping dominical devient de plus en plus populaire

Le shopping dominical devient de plus en plus populaire

Le nombre de commerçants ouverts le dimanche ne cesse d’augmenter et les consommateurs sont de plus en plus nombreux à faire leurs courses le dimanche. C’est ce que révèle une enquête du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI).

Une question de survie

Selon le sondage du SNI, quasiment tous les boulangers et deux tiers des bouchers et des commerces alimentaires sont ouverts le dimanche. Toutefois la majorité d’entre eux disent le faire pour pouvoir survivre, car ces ouvertures dominicales leur permettent de faire la différence avec les grands supermarchés, généralement fermés le dimanche.


Ainsi les boulangers réalisent environ 42% de leur chiffre d’affaires hebdomadaire le dimanche. Pour les bouchers et les commerces alimentaires ce pourcentage est de 27%. Ces deux dernières années les petits commerçants constatent que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à faire leurs courses le dimanche.


Les commerçants défavorables à l’extension des horaires d’ouverture

Néanmoins les commerçants tentent de trouver le juste équilibre entre travail et vie privée : les boulangers par exemple ferment plus tôt le dimanche et les commerces alimentaires ne sont ouverts que jusque 13 heures. Ils estiment que l’allongement des plages horaires ne générera pas davantage de  chiffre d’affaires, car dans ce cas le nombre de consommateurs faisant leurs courses le dimanche, au lieu de se concentrer sur l’avant-midi, serait tout simplement réparti sur l’ensemble de la journée.


Dès lors les commerçants ne sont pas favorables à l’extension du shopping dominical : ils craignent de devoir rester ouverts plus longtemps et de perdre ainsi leur avantage concurrentiel vis-à-vis des supermarchés. Par ailleurs il n’est pas facile de trouver du personnel disposé à travailler le dimanche.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Une question d’indigestion

17/11/2017

Dans certains quartiers généraux la tension monte a vue d’œil, mais pour les gourmets la semaine s’est plutôt bien déroulée. Vous avez raté quelque chose ? Voici le résumé hebdomadaire joyeusement gratiné de RetailDetail Food !

« De gardienne d’enfants à commerçante »

17/11/2017

Marieke Vermeire exploite le Carrefour Express de la Luikersteenweg à Hasselt aux côtés de son mari. « Le hasard a voulu que Carrefour recherche des franchisés pour exploiter ce magasin juste au moment où nous envisagions de nous lancer. »

RetailDetail Food #25 est disponible en ligne

17/11/2017

Comment les commerçants gèrent-ils les clients agressifs en magasin ? Voilà l’un des thèmes abordés dans le 25ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé des exploitants de supermarchés.

Le CEO d’Alpro, Bernard Deryckere, démissionne

16/11/2017

Bernard Deryckere, l’architecte du succès international de l’entreprise de produits laitiers belge Alpro, démissionne après 16 années passées au sein de l’entreprise. Des différends avec le nouveau propriétaire Danone seraient à l’origine de ce départ.

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

15/11/2017

Ça bouge dans le retail au Royaume-Uni : après l’absorbation de Nisa par Co-op, le leader du marché Tesco va lui aussi augmenter sa part de marché en rachetant le grossiste Booker pour la modique somme de 4,52 milliards d’euros !

L’Inde, terre promise pour les pommes et les poires belges

14/11/2017

Les fruiticulteurs belges s’en vont conquérir l’Inde : pour l’instant ce pays est déjà le principal marché d’exportation hors Europe pour les pommes belges et les poires belges y sont également fortement promues. 

Back to top