Les syndicats de Delhaize ne projettent pas encore de nouvelles actions

Les syndicats de Delhaize ne projettent pas encore de nouvelles actions

Chez Delhaize le travail a repris son cours normal. De nouvelles actions ne sont pas prévues pour l’instant, « à moins que la direction ne commettent d'autres 'gaffes' », indiquent les syndicats.

Tous les magasins sont ouverts

Le 10 juin Delhaize annonçait une grande restructuration de ses points de vente belges : 14 magasins non-rentables devront fermer leurs portes. Par ailleurs  2.500 emplois risquent de passer à la trappe, tant dans les magasins menacés de fermeture qu’au siège central.


Cette annonce a entraîné diverses grèves spontanées, ainsi que le blocage de l’accès à certains magasins. Mercredi les syndicats ont manifesté devant le siège principal de l’entreprise et jeudi les employés du dépôt de boissons à Ninove ont arrêté le travail.


Communication maladroite

Pour l’instant d’autres actions n’ont pas encore été prévues, « à moins que la direction continue d’accumuler les gaffes », indique Jan de Weghe secrétaire de l’ABVV, faisant référence à l’incident survenu lors d’une visite du nouveau CEO de Delhaize Belgique Denis Knoops au supermarché de La Louvière. Le CEO y avait déclaré que les non-grévistes étaient de ‘vrais Delhaiziens’. Par ailleurs l’absence de Knoops  lors du premier conseil d’entreprise après l’annonce de la réorganisation a été considéré comme un signe de mépris.


A présent c’est une erreur de communication qui suscite à nouveau l’indignation : Delhaize Belgique a adressé une lettre à 15.000 membres du personnel mentionnant le numéro de téléphone d’une cellule d’assistance psychologique. Toutefois le numéro de téléphone comportait une erreur de frappe : les personnes ayant composé ce numéro était dirigées vers un cabinet d’huissiers spécialisé dans les recouvrement de dettes, apprend-on dans De Standaard et Het Nieuwsblad.

 

Reprise des négociations après les vacances d’été

La semaine prochaine la direction et les syndicats se remettront autour de la table. Les représentants des employés y attendent les réponses aux questions qu’ils ont soumises au conseil d’entreprise mercredi dernier. Les négociations reprendront après les vacances d’été.


Le syndicats pensent que les discussions prendront beaucoup du temps. Dans une première phase ils sont en droit de demander des informations supplémentaires et  de proposer des alternatives à la restructuration.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Forte croissance pour le torréfacteur Miko

20/09/2017

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

Spadel investit 12,8 millions d’euros à Spa Monopole

20/09/2017

Le groupe Spadel va investir 12,8 millions d’euros sur son site d’embouteillage Spa Monopole. L’usine sera dotée d’une nouvelle ligne de production afin de faire face à la croissance des eaux aromatisées. L’extension sera achevée en février 2018.

Alpro bannit les graines de soja américaines

19/09/2017

Le fabricant de boissons à base de soja Alpro n’achète plus ses graines de soja aux Etats-Unis, mais uniquement en Europe et au Canada, afin d’avoir la garantie qu’il ne s’agit pas de soja génétiquement modifié.

Quel est l'impact de la nouvelle pyramide alimentaire sur l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Back to top