Manque de chauvinisme pour les pommes belges

Manque de chauvinisme pour les pommes belges

Dans la catégorie de pommes de prix supérieur la Pink Lady est la variété la plus populaire en Belgique. « Les Belges devraient avoir honte d’en manger autant, alors que cette pomme ne peut être cultivée ici, d’autant plus qu’avec la Kanzi nous avons une excellente alternative belge », affirme Renaat Kuipers  de Veiling Haspengouw (la criée aux fruits de Hesbaye)  dans le dernier numéro de Boer & Tuinder (revue professionnelle pour agriculteurs et horticulteurs ).

Manque de chauvinisme

On ne dispose pas de chiffres exacts, mais on estime à au moins 5.000 tonnes par an la quantité de Pink Lady’s importées et vendues dans notre pays, soit deux fois plus que la variété belge Kanzi. Pourtant la variété belge est plus écologique et moins chère (en moyenne 2,2 euro/kg contre 2,7 euros/kg pour la Pink Lady).


Une question de goût et de marketing, explique le chef cuisinier et ambassadeur de fruits et légumes, Frank Fol dans le journal Het Nieuwsblad : « Premièrement, il faut l’avouer,  c’est une pomme délicieuse : elle est juteuse, sucrée, croquante et fraîche. D’autre part Pink Lady dispose d’importants budgets de marketing : ils sont présents en force sur les foires professionnelles et les lieux de ventes et cela stimule les ventes. Pourtant ce que dit le directeur de Veiling Haspengouw est exact : avec la Kanzi nous avons une excellente alternative belge, mais ils n’ont probablement pas les moyens de mener des campagnes publicitaires aussi intensives. »


Régression de la vente de pommes

Pour l’achat de pommes en vrac, la Jonagold belge figure encore toujours en tête du classement , bien que les ventes reculent depuis un certain temps. La Granny Smith occupe la deuxième place, la Pink Lady est troisième et la Breaburn quatrième.


En 2006 nous mangions encore 19 kg de pommes par personne par an, aujourd’hui seulement 14 kg. « Heureusement la consommation de fruits dans l’ensemble maintient son niveau. Nous mangeons tout simplement davantage de fruits différents », selon Renaat Kuipers de Veiling Haspengouw.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Tags: