Orangina Schweppes ferme son usine de Genval

Orangina Schweppes ferme son usine de Genval

Après 50 ans d’activité, l’unité d’embouteillage du fabricant de boissons rafraîchissantes Orangina Schweppes à Genval (Brabant wallon) va fermer ses portes. Quarante emplois sont menacés par cette fermeture.

« L’usine tourne à moins de 25% de sa capacité »

La fermeture de l’usine de Genval n’est pas due à une baisse de popularité des boissons rafraîchissantes produites – du moins pas dans la distribution –, mais au recul de la demande des formats embouteillés à Genval. Aujourd’hui les consommateurs optent davantage pour des canettes et des petites bouteilles, or Genval produit des grandes bouteilles.


Parallèlement depuis plusieurs années l’entreprise a vu baisser ses volumes dans le secteur de l’horeca.  Les petites bouteilles en verre consignées -  dont l’embouteillage se fait à Genval – se vendent donc moins bien. Résultat : le site de Genval tourne à 25% de sa capacité. « Par conséquent les frais de production par litre sont trop élevés et les investissements à faire pour adapter l’usine aux exigences techniques actuelles ne sont économiquement pas justifiables », affirme la direction.


Les syndicats et le personnel avaient pourtant pressenti l’arrêt de la production, vu la baisse des volumes et les tests que l’entreprise disait effectuer dans des usines françaises avec des bouteilles qui quittaient les installations de Genval. Ce qui n’empêche que l’annonce de la fermeture a été très mal accueillie par les travailleurs, qui hier ont débrayé, mais devraient reprendre le travail aujourd’hui.


Pour les départements vente & marketing, logistique, finances/IT et ressources humaines – comptant 88 employés au total – la fermeture ne devrait pas avoir de conséquences. « Les ventes et la distribution des marques d’Orangina Schweppes sur le marché belge resteront inchangées », précise l’entreprise.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top