Vers un chocolat belge plus durable

Si les cultivateurs de cacao n’obtiennent pas un revenu viable, l’avenir du chocolat belge sera menacé. C’est pourquoi le secteur s’engage à produire un chocolat 100% durable d’ici 2030.

Haute urgence

La Belgique produit environ 700.000 tonnes de chocolat et de pralines par an, est le deuxième plus grand exportateur au monde et dispose de la plus grande usine de chocolat au monde. Néanmoins l’avenir du secteur vacille, vu la situation précaire des  producteurs de cacao : la pauvreté extrême, le travail des enfants et la déforestation menacent la culture du cacao. La situation est particulièrement urgente en Côte d’Ivoire et au Ghana, deux pays qui ensemble produisent plus de 60% de tout le cacao.


Le programme belge ‘Beyond Chocolate’, initié par le ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo, entend pousser le secteur tout entier vers une production durable au moyen d’engagements concrets. D’ici 2030, au plus tard, la déforestation liée à la production de cacao pour le secteur chocolatier belge devra prendre fin et tous les producteurs de cacao devront toucher des revenus viables. Le secteur va investir 35 millions d’euros par an afin de rendre plus durable la production du chocolat belge.


Initiatives concrètes

Outre la fédération sectorielle Choprabisco, les chaînes de grande distribution Aldi, Carrefour, Colruyt Group, Delhaize et Lidl figurent également parmi les signataires. Divers acteurs annoncent leurs propres engagements : le label Fairtrade va augmenter son prix minimum pour le cacao à partir de l’an prochain et garantira une prime plus élevée pour le cacao. « Les revenus et la durabilité sont étroitement liés », commente Nicolas Lambert, directeur de Fairtrade Belgium. « La sauvegarde de l’environnement et les pratiques agricoles écologiques constituent évidemment une part importante des standards Fairtrade. Mais on ne peut demander aux cultivateurs de cacao d’adapter leur façon de travailler s’ils ne gagnent pas suffisamment pour vivre décemment. »


Colruyt Group pour sa part va mettre en place une filière durable en Afrique de l’Ouest, afin de garantir des revenus viables aux cultivateurs locaux. « Nous allons lancer un projet pilote en partenariat avec une ou plusieurs coopératives de cacao dans des pays d’Afrique de l’Ouest dans lesquels les agriculteurs rencontrent le plus de difficultés à vivre de leur récolte, peut-être au Ghana ou en Côte d’Ivoire », explique Stefan Goethaert, responsable de la durabilisation des produits au sein du groupe. Actuellement 98,6% de tous les produits à base de chocolat et de cacao de Boni Selection et Everyday affichent un ou plusieurs labels de durabilité, dont Bio, Fairtrade ou UTZ.


Le leader du marché Mondelez, qui détient notamment les marques Côte d’Or et Milka, qualifie le programme Beyond Chocolate de nouvelle étape logique pour le secteur du chocolat. Grâce à sa propre initiative Cocoa, le géant agroalimentaire contribue à améliorer la vie de plus de 120.500 agriculteurs de 1.085 communautés de cultivateurs de cacao. D’ici 2022 le programme entend aider 200.000 agriculteurs et toucher 1 million de personnes au sein des communautés de cultivateurs de cacao. Pour ce faire Mondelez investit 400 millions de dollars (350 millions d’euros) au total.