Le conflit entre Douwe Egberts et Colruyt vide les rayons

Le conflit entre Douwe Egberts et Colruyt vide les rayons
Shutterstock.com

Depuis quelques jours, le café Douwe Egberts n’est plus disponible dans de nombreuses filiales Colruyt et OKay. En cause : des négociations qui s’éternisent entre les deux parties. Afin de pouvoir continuer à garantir les meilleurs prix, le distributeur de Halle essaie toujours d’obtenir les conditions les plus favorables.

 

Place publique

« Chaque année, le groupe Colruyt négocie avec ses différents fournisseurs », explique Hanne Poppe (Colruyt) dans GVA. En général, ces négociations aboutissent rapidement. Mais il arrive qu’elles prennent un peu plus de temps, ce qui peut vider les rayons dans les magasins. « Nous comprenons parfaitement que cette situation est ennuyeuse pour les clients qui ne trouvent pas leurs produits habituels dans nos rayons. »

 

Aucun détail sur les négociations n’a filtré. Colruyt et Douwe Egberts veulent mener ces négociations dans une atmosphère constructive. « Les deux parties ont intérêt à ne pas porter leur conflit sur la place publique », commence l’expert du retail Gino Van Ossel. « Et surtout à ne pas divulguer qui a fini par céder. Sans quoi elles pourraient donner des idées à d’autres marques ou enseignes de supermarchés. »

 

Pas de gagnant

Selon Gino Van Ossel, il est important que les deux parties trouvent une solution le plus rapidement possible, sans elles risquent d’être toutes deux perdantes. « D’une part, les clients fidèles à la marque iront dans un autre magasin et Colruyt va perdre du chiffre d’affaires. Et d’autre part, ceux qui font systématiquement leurs courses chez Colruyt et ont besoin de café prendront une autre marque qu’ils pourraient aussi apprécier et continuer à acheter par la suite. »

 

Dans un passé récent, Colruyt s’était déjà accroché PepsiCoMars et Nestlé. L’an dernier, le conflit avec Mars avait duré deux mois. Un an plus tôt, ce sont des dizaines de produits Nestlé qui ont longtemps été absents des rayons Colruyt.

 

Les conflits de ce type n’ont donc rien d’exceptionnel. Mais il est rare qu’ils soient publics, poursuit Gino Van Ossel. Au début du mois, Christian Verschueren, directeur général d’EuroCommerce, avait toutefois prédit une intensification des tensions entre les détaillants et les fournisseurs. La concurrence féroce et la contraction des marges pèsent à la fois sur les détaillants et les fournisseurs, a-t-il déclaré dans une interview à RetailDetail.